vendredi 28 juillet 2017

Du vendredi 14 au vendredi 21 juillet - camp désobstruction.

Départ pour la grotte de la Trayolle.
CAMP SPELEO JUILLET 2017

Rédacteur : Patrick Cabrol, avec l’aide des participants au camp André et Eddie

Depuis presque quatre ans maintenant le SCMNE mène régulièrement, deux à trois fois par an, des chantiers de désobstruction d’une semaine. Même si les travaux menés à ce jour à la grotte de la Fajolle, puis à la perte de la Fajolle, se sont soldés par des échecs pour des raisons de sécurité, cela ne nous empêchera pas de les reprendre d’une autre façon un peu plus tard avec une meilleure sécurité. L’air frais qui en sort est plus que prometteur. Cette bande de calcaire située entre la grotte de Roquebleue et la grotte de Lauzinas est bien loin de nous avoir livré tous ses secrets. Une bonne vingtaine de cavités ont déjà été pointées et demandent un peu d’huile de coude pour s’y aventurer.  Nous espérons bien trouver un jour la perle qui va nous permettre de découvrir ses secrets. En attendant : creusons !

. VENDREDI MATIN 14 JUILLET
Participants : Patrick Cabrol
Durée : 2 heures
Travail : préparation du local – rangements pour accueil des participants l’après-midi
12H : Arrivée de Christian et de son copain Bernard
Bien sûr nous commençons par un petit apéritif pour fêter nos retrouvailles, suivit du déjeuner


André dans une "galerie" du Portable.
 
. VENDREDI APRÈS-MIDI 14 JUILLET
. Participants : 3 avec Patrick, Christian et Bernard
A 14H Christian et Bernard partent faire la visite touristique de la Devèze qu’ils ne connaissent pas encore, c’est vrai qu’ils ne sont pas d’ici. Pendant ce temps Patrick fait un petit tour chez les propriétaires des cavités où nous serons durant ce camp.
Au retour tout le monde se met au rangement du local matériel. Nous montons au second étage tout ce qui ce qui ne nous sert pas de façon courante, comme les pots de fluorescéine, les casques à acétylène, les anciens accessoires qui rejoindrons peut être le musée de la spéléologie etc… Puis Christian et Bernard partent laver les combinaisons dans la rivière. La Salesse étant à sec à la station d’épuration, ils sont partis dans le Thoré à Labastide.
Retour à 18 heures. Apéro et douche.
Jean et Alina sont arrivés à 13 heures dans leur maison de St Pons. Ils seront des nôtres demain.
A 20H nous partons à la fête du 14 juillet à St Pons pour un restaurant et le feu d’artifice sur la place devant la maison du parc. Nous y avons rencontré le maire de St Pons avec qui nous avons discuté un moment

Portable : désob après le carrefour - galerie Matthieu.
 
SAMEDI MATIN 15 JUILLET :
Tout le monde est levé de bonne heure. Ciel bleu total, Heureusement qu’il y a un peu de vent car cela va chauffer fort !
Aujourd’hui nous allons nous diviser en deux équipes
Sous la conduite de Jean le premier groupe part faire une ballade à la grotte de la Trayolle, pendant que Patrick continue sa tournée des propriétaires des cavités ainsi que le nettoyage du local, qui commence par un tour à la décharge de Riols. Cela fait du bien de vider les vieilleries.
. Groupe Trayolle : Jean Bourrely, Alina, Christian, Bernard 
Temps passé sous terre : 4 heures dans le circuit classique avec descente et remontée du plan incliné
. Travaux au local : Patrick

Portable : oui oui, ça passe... ça va passer. Remarquer le chenal de voûte au plafond. Il est totalement comblé.
 
SAMEDI APRÈS-MIDI 15 JUILLET :
L’équipe Trayolle rentre à 14H30 au local. Il fait 33° !... chaud !!!
Après une petite collation nous partons à St Pons faire les courses pour les jours à venir. Puis nous allons dans la Salesse face au local pour finir de nettoyer les cordes et les kits. La perte du rocher fonctionne bien, nous entendons le bruit de la cascade de l’eau qui se perd sous terre. Une petite quantité d’eau continue en aval pour se perdre définitivement un peu en aval de la Douch.
La journée se termine au restaurant de St Pons pour les festivités du 14 juillet avec des « Moules-Frites »

Portable : c'est beau mais cela fait 10 cm de haut. Bien sur on est passé !!!
 
DIMANCHE 16 JUILLET :
Participants : 5 avec Jean, Alina, Christian et Bernard
But de la journée : Ballade dans le minervois
Nous avons rendez-vous au local à 8 heures et partons par les Verreries de Moussans, Ferrals les Montagnes, St Julien les Molières, Fauzan (belvédère de l’Aldène), Minerve (les ponts naturels, les dolmens, visite du village) puis retour vers ST Pons alors que le thermomètre marque les 37°C à 17H. Les cigales nous assourdissent il fait meilleur sous terre, vivement la désob !
Aussitôt arrivé au local tous repartent faire trempette dans la piscine de Jean à St Pons, pendant que Patrick attend l’arrivée des nouveaux venus : les alpins et les méditerranéens.
. 18H arrivée d’André Languille, Eddie Serre et Philippe Jeannard
. 18H45 arrivée de Roger Estève
Déchargement du matériel et installation.
Quand des spéléologues se retrouvent, de quoi peuvent-ils parler ?.... Ce soir ce fut une grosse discussion sur les nœuds suivi de l’apéro et du repas.

Trou Eddie : on voit l'entrée de la cavité en haut.
 
LUNDI MATIN 17 JUILLET

Participants 8 : avec Patrick, André, Eddie, Philippe, Roger, Jean, Christian, Bernard et Michel
Michel Souverville arrive de Toulouse et nous rejoint ce matin. Nous faisons 2 équipes de travail, plus les courses et divers avec un départ à 8H30
. Une première équipe avec André, Eddie, Philippe et Roger part au Portable. Leur mission est de tenter de passer l’éboulis d’où semble provenir le courant d’air présent dans la cavité
. Une seconde équipe part à la grotte des Jumeaux (Il y a deux entrées) avec Christian, Jean, Bernard et Michel afin de s’attaquer au petit trou souffleur situé à 4 ou 5 mètres au fond du puit d’entrée
. Patrick part finaliser les courses manquantes (pain, fruits et légumes frais) et pour s’occuper de sa voiture qui réclame le mécano.
13H45 : Retour au local des « désobstrueurs »
Résultats :
. Équipe de la grotte du Portable : Du côté de la galerie des racines, l’équipe a effectué une bonne visite de la « salle » des éboulis et de ses environs, avec la grimpette des deux galeries remontantes. Philippe a vu en haut un méandre très étroit qui aspire. Furetage dans tout le site. Température entre 12,4 et 12,6 C.
En désespoir de mieux, reprise des travaux dans la galerie de Mathieu. Elle est très colmatée mais finalement il y a du courant d’air qui se fait plus perceptible au fur et à mesure de l’élargissement du plafond. En fait la galerie était totalement colmatée. Le travail permet de sortir 20 gamates de remplissage.
Le but de cette sortie était de tenter de passer derrière les blocs qui bouchent la galerie principale et d’où sort un courant d’air, nous avons bien progressé.
. Équipe de la grotte des Jumeaux : Une sécurisation des lieux est nécessaire avant de travailler au fond. Des marches sont creusées puis le travail d’élargissement du fond commence. 70 seaux ont été ressortis durant cette longue matinée. Pour la suite il est décidé de passer l’endoscope dans la fissure afin de voir si cela s’élargit.

Trou Eddie : André à l'entrée de l'étroiture.
 
LUNDI APRÈS MIDI 17 JUILLET :
15H15 départ des différentes équipes qui ne seront pas bien loin l’une de l’autre. C’est pratique s’il y a besoin d’un coup de main supplémentaire sur l’un des chantiers.
Grotte du Portable : Eddie – Philippe – Roger – Christian – Michel : Reprise de la désobstruction – Roger a baissé le niveau jusqu’au virage pour rendre confortable. Virage à droite. Christian prend le relais après le virage. Découverte d’une étroiture, courant d’air et derrière cela descend de 1 mètre entre les pierres
Trou des Jumeaux : La désobstruction se poursuit au fond. On voit peut a peu apparaitre un petit vide entre deux blocs, mais l’endoscope nous dit que ce n’est pas la peine d’insister.
Trou de la Bartasse (ou de Christian) : avec Jean Bourelly. Le bloc qui gênait le passage et la vue a été enlevée... rien de prometteur derrière. Le chantier est stoppé, après passage de l’endoscope.
Trou Eddie : C’est bien la première fois que notre ami Eddie donne, bien involontairement, son nom à une cavité…
André et Patrick vont voir ce trou qui souffle un peu, un de plus ! En fait tous les trous de la vallée de la Salesse soufflent mais pour le moment les résultats se font attendre, toutefois nous ne désespérons pas. L’entrée de la cavité possède juste la bonne taille pour passer. Derrière on trouve un petit puits de 3 à 4 mètres, un décollement de strate et puis pour la suite il faudra reprendre marteau, burin, éclateur etc… car il souffle et encore plus fort depuis que nous avons élargi le premier passage. Un de plus où on peut dire « à suivre »…

Décision du soir : nous abandonnons pour le moment le trou des Bartasse et le Trou des Jumeaux. On profite des effectifs présents pour travailler là où nous avons le plus besoin de personnel, c’est-à-dire au Portable et au trou Eddie.
 
Trou Eddie : puits d'accès.
 
MARDI MATIN 18 JUILLET 2017
A 8H30 départ des deux équipes :
Jean, Michel, Christian, Bernard et Christel à la grotte du Portable avec un retour à 13H30
André, Eddie, Roger, Philippe et Patrick vont au trou d’Eddie. Nous commençons par enlever les blocs du fond dans le décollement puis, sous l’entrée, nous attaquons la paroi de la fissure qui souffle. Grosse séance de travail mais en fin de matinée cela ne passe pas encore. L’air frais nous donne espoir et courage ! Retour au local à 13H… on revient…

Trou Eddie : le fond à -12m, il faut creuser !!
 
MARDI APRÈS-MIDI 18 JUILLET 2017
Il fait 31°C – Nous serons mieux sous terre : 15H départ des deux équipes :
. Grotte du Portable avec Jean, Roger, Christian, Bernard et Christel – Retour à 19H15 au local
Travaux d’élargissement dans les concrétions, tout ce qui était terreux se parcourt maintenant presque à quatre pattes, il ne reste que 3 mètres à approfondir dans les concrétions au départ. Au fond ça souffle !!!
. Trou Eddie avec André, Eddie, Philippe, Michel et Patrick – Retour à 19H20
Après avoir enlevé tous les déblais de notre travail de désobstruction, nous avons planté deux goujons de 10mm inox, puis descendu 4 mètres, une diaclase qui continu sur l’axe de la cassure d’entrée. Nous sommes à 7 mètres sous l’entrée. Puis à nouveau nous descendons d’environ 5 mètres avec une pente de 30°, arrêt sur un dépôt d’argile dû au remplissage lors des hautes eaux. A droite en descendant on voit un départ trop étroit. A l’opposé de la descente, une galerie d’environ 1 mètre de large entièrement comblée a été dégagée sur 5 mètres, le remplissage continu avec des racines au plafond.
A gauche une fissure montante est impénétrable. Pas facile pour avancer sur ce chantier aussi. Il y a pourtant du courant d’air, mais les moyens à déployer sont importants.
Nous avons tout déséquipé. Nous verrons « plus tard »… nous reviendrons.

Résurgence de Malibert.
 
MERCREDI MATIN 19 JUILLET 2017
Malgré la fatigue de la veille due aux travaux de désobstruction, tout le monde est levé à 7H30. Nous préparons les affaires pour partir visiter la grotte de la Rivière Morte, que seul Jean connait.
Participants : 9 avec André Languille, Eddie Serre, Philippe Jeannard, Jean Bourrely, Chystel Magenc, Roger Estève, Michel Souverville, Christian Scotto et Gérard Baldacchino. Nous commençons par rééquiper le puits d’accès car les spits d’amarrages ont été posés par le club il y « un certain nombre d’années » (30 à 40 ans !) et il est largement temps d’y mettre de l’inox. A 9H30 tout le monde descend dans la cavité. Seul Jean était descendu dans la cavité une première fois il y a deux ans. Ce fut donc une découverte quasi générale pour tous, une ré-exploration de la cavité, avec des yeux neufs.
Sortie à 13H30.
Alors que tout le monde rentre aux voitures certains décident de descende dans la grotte du Châtaigner avec André, Eddie, Philippe, Christian et Michel. Ils ne vont pas loin mais ils « tâtent l’atmosphère » de la cavité durant une ½ heure.

Retour de la résurgence de Malibert.
 
MERCREDI APRÈS MIDI 19 JUILLET 2017 :
Après le repas départ de Roger, Christian, Bernard et Michel. Les « survivants » décident alors de pendre un peu de repos et de faire du tourisme. Nous choisissons de faire un tour sur le massif de Pardailhan.
Participants : André, Eddie, Philippe, Chrystel et Patrick
Départ à 16 heures du local. Nous sommes allés en premier à Cauduro, magnifique petit hameau perdu dans la montagne au milieu des sangliers, avec un très beau vieux four à pain, puis Rieussec, Pardailhan, Babeaux, la résurgence de Malibert et retour à Courniou. Nous sommes tous très heureux de la qualité des paysages et de cette petite virée. Nous avons vu quelques nuages, 2 coups de tonnerre et 3 gouttes d’eau et cela aurait été un grand plaisir de se rafraîchir avec un bon orage… dommage ! Retour au local à 20H30

Massif de Cauduro : du haut de cette montagne quelques kilomètres de galeries nous contemplent.
 
JEUDI MATIN 20 JUILLET 2017 :
Lever à 8 heures après une bonne nuit de repos au calme. Aujourd’hui nous reprenons le travail à la grotte du Portable dont l’accès à la zone de travail a été bien amélioré pour facilite le maniement des piochons et des gamattes.
Participants : André, Eddie, Philippe, Jean, Christel et ses deux chiennes
Départ du groupe à 9 heures
Cette nuit il a fait un bref orage à 2 heures, seulement 10 minutes de pluie alors qu’il a plu fort à St Amans Soult situé à 20Km (dommage pour nous, les champignons vont sortir !). Ce matin le soleil est de retour, à 11 heures, il fait déjà 25°C ! On commençait à apprécier un peu le frais au lever mais il faudra encore attendre pour retrouver la fraicheur…
L’équipe de fond avance avec André et Chrystel qui aménagent le passage étroit dans le plancher stalagmite. Il faudra continuer cet après-midi. Durant ce temps Eddie, Jean et Philippe continent en pointe avec un travail d’élargissement et une avancée de 1 mètre... c’est long. Devant soi, on voit des concrétions sur la partie gauche, le chenal de voute se poursuit bien, on peut voir sur 1 mètre et puis derrière cela semble descendre… on verra la suite cet après-midi… en espérant que la galerie s’élargisse, s’approfondisse, que l’on puisse enfin se mettre à quatre pattes, ou même debout !
Retour à 13H30.

Portable : vous voyez bien que cela passe, le gant indique la direction.
 
JEUDI APRÈS-MIDI 20 JUILLET :
Départ à15H du local, nous partons tous au Portable
Participants : André, Eddie, Philippe, Jean, Patrick, Christel et ses deux chiennes à qui il va falloir acheter un casque et un baudrier car elles rentrent de plus en plus loin dans la cavité... si elles pouvaient creuser et tirer les gamates dehors !!!
Nous rentrons à 15H30 dans le trou avec Christel et André qui se remettent à approfondir la galerie d’accès au chantier de pointe. Eddie, Jean et Philipe se relient en tête pendant que Patrick tire la corde pour entasser les déblais dans une petite alcôve à une dizaine de mètres de la pointe. On y observe de beaux coups de gouges. A cet endroit nous avons tiré 28 gamattes soit l’équivalent de 56 seaux, ce n’est pas aisé de faire tout ce travail dans des galeries qui font 50 cm de hauteur avec quelques maximum à 1 m, sauf l’élargissement où nous stockons les déblais qui fait 1,5m de haut sur 1 de diamètre !!!.. Ce n’est pas la rotonde mais on est assis !
Durant ce temps Christel et André ont bien agrandit le passage que nous n’avons pas reconnu au retour. Merci à eux car cela s’imposait pour ne pas jouer au lombric ou à la taupe trop longtemps ! On n’est pas encore à quatre pattes mais maintenant on peut enfin bouger, pivoter sur soi… c’est bien mieux. On aurait pu faire plus large mais il n’y avait plus assez de place pour stocker les déblais... Avis aux amateurs pour continuer à creuser un peu (20 à 30 cm) et ce sera parfait. Durant ce temps les deux chiennes dormaient sur les pieds d’André. Elles ne semblaient pas gênées par le bruit du perforateur !
Quant à l’équipe de pointe les résultats sont prometteurs. Ils ont avancé de 5 bons mètres au gabarit d’Eddie et Philipe qui se rapproche plus du petit sentier de montagne que de l’autoroute du soleil !!!
A la sortie de l’étroiture on débouche dans une rotonde occupée par un plancher stalagmitique sur l’essentiel de la hauteur, laissant 40 cm d’espace.
A gauche une poche laisse entrevoir une galerie basse sur 4 à 5 mètres de développement. Le plancher en interdit actuellement d’accès. Sur le côté droit une lucarne débouche sur un puits circulaire d’environ 1 mètre de diamètre sur 60 cm de profondeur rempli de cailloux traversé par un fort courant d’air frais. Cela sent de plus en plus bon…rendez-vous demain matin. La première a été faite au standard Eddie…pas haute.
Jean et Patrick Ressortent à 19H30 et les autres à 20 heures, passionnés par les heures supplémentaires… ils préparent déjà demain…!

Portable : ce ne sont pas les grands boulevards, mais on avance !
 
VENDREDI MATIN 21 JUILLET 2017 :
Après une bonne nuit de récupération tout le monde est débout à 7H45.
Christel repart sur Toulouse, les vacances sont terminées mais elle compte bien revenir pour le prochain camp en aout
Départ de l’équipe pour le portable à 9H.
Participants : André, Eddie, Philippe, Jean,
Patrick reste au local pour faire le compte rendu du camp, les comptes et les rangements puisque des spéléos suisses et espagnols arrivent en fin d’après-midi.
Retour de l’équipe souterraine à 13H30, fatigué mais heureuse car elle a avancé de 20 à 30 m, même si c’est dans une galerie qui est loin de ressembler à un boulevard !

Portable : je prendrais bien un peu de repos !!
 
VENDREDI APRÈS MIDI 21 JUILLET 2017 :
Après une hésitation entre le puits de Philippe qui souffle de l’air frais et l’étroiture d’Eddie plus facile à ouvrir mais moins prometteuse, il est décidé de faire au plus simple afin de disposer au mieux des quelques heures qui restent avant la fin du camp. Eddie commence à agrandir la chatière déjà vu la veille. Jean rempli les bidons, Dédé les tire et Philippe les vide. Une heure et demie plus tard, l’équipe passe au niveau de la grosse dalle aperçue la veille, la galerie s’agrandit un peu. La pointe est cassée ce qui permet à Eddie de se glisser pour voir la suite. Un boyau bas et large s’ouvre à droite et file sur une dizaine de mètres. La progression se fait à quatre pattes sur un sol de calcite émiettée. A gauche la galerie s’élève confortablement avec la présence de grandes coupoles d’érosion au plafond qui font croire à une prolongation, mais Jean n’a rien pu y trouver. La galerie se divise ensuite en deux boyaux l’un au-dessus de l’autre, se rejoignant environ quatre mètres plus loin. A ce niveau on observe le départ d’un conduit bas où il faut ramper. La suite est visible avec une galerie d’un bon diamètre d’où sort un courant d’air. Elle reste inaccessible car un bloc calcifié bouche le passage. La galerie principale se termine en cul de sac. Il faudra voir si le passage ne se fait pas par la petite galerie basse en shuntant cette zone. Philippe indique qu’il y a une galerie qui semble partir en hauteur sur le côté gauche… Il semblerait que nous pourrions ainsi contourner l’éboulis du carrefour en nous retrouvant derrière, ce qui serait super au vue de la direction prise.
13H30 arrêt de l’exploration… nous sommes pressés de revenir !

Portable : toujours le chenal de voûte, les moustiques et la massette... ça continue !
 
De retour au local, c’est le temps du repas et puis les rangements, le ménage et les au-revoir en attendant de se retrouver rapidement à la mi-août afin de poursuivre notre travail plein d’espoir.

Les dates du prochain camp sont déjà proposées du 16 au 19 aout, avis aux amateurs, il y aura à creuser pour tous !

BILAN DE CE CAMP :
. Nous avons été 10 membres du club au total à travailler durant cette semaine.
. Nous avons fait une belle balade dans la grotte de la Rivière Morte. Nous reviendrons car bon nombre de membres du club ne la connaissent pas, il y a trop de travail ailleurs !
. Nous avons stoppé les recherches dans la grotte des Jumeaux et la grotte de la Bartasse (ou trou Christian)
. Nous mettons en sommeil, faute de moyen, le Trou Eddie, mais il faudra revenir car il souffle.
. Nous avons fait 20 à 30 m de première dans la grotte du Portable. La galerie devient plus large, plus haute. Les remplissages argilo-terreux-sableux font place à un sol calcifié. Nous avons retrouvé le courant d’air frais (12,5° environ). Nous avons plusieurs options de désobstruction et de passages devant nous. « Y’a plus qu’à… »… On revient !!!

Rendez-vous du 16 au 19 aout pour le prochain camp.

Portable : les grands boulevards ... on est presque debout.

Portable : la galerie ne reste pas grande très longtemps.
 Photos : SCMNE - André, Eddie et Patrick
Portable : Eddie dans les galeries superposées.
Portable : le terminus actuel, il faut enlever les blocs et la calcite et derrière .... ça souffle !!
 
RECAPITULATIF DES ACTIVITES DU CAMP
(Voir tableau ci-dessous)
Les douleurs des coups de la désobstruction. Qui a battu Chrystel ???

Patrick
Cabrol
Jean Bourrely
Christel Magenc
Christian
Scotto
Bernard
Baldacchino
André Languille
Eddie
Serre
Philippe Jeannard
Michel Souverville
Roger Esteve
Vendredi matin 14/07
Travail au local
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Vendredi après- midi 14/07
Rangement local
X
X
Visite Devèze
Nettoyage matériel
Visite Devèze
Nettoyage matériel
X
X
X
X
X
Samedi matin
15/07
Rangements local
10H : Grotte de la Trayolle
X
10H : Grotte de la Trayolle
10H : Grotte de la Trayolle
X
X
X
X
X
Samedi Après-midi 15/07
Rangements local - courses
X
X
Rangements local- courses
Rangements local - courses
X
X
X
X
X
Dimanche matin 16/07
Ballade minervois
Ballade minervois
X
Ballade minervois
Ballade minervois
X
X
X
X
X
Dimanche après-midi 16/07
Minervois
Local
Minervois
Piscine
X
Minervois
Piscine
Minervois
Piscine
X
X
X
X
X
Lundi matin
17/07
Courses
Trou des jumeaux
X
Trou des jumeaux
Trou des jumeaux
Grotte du Portable
Grotte du Portable
Grotte du Portable
Trou des jumeaux
Grotte du Portable
Lundi après-midi 17/07
Local
Désobstruction
Désobstruction
Désobstruction
Désobstruction
Désobstruction
Désobstruction
Désobstruction
Désobstruction
Désobstruction
Mardi matin 18/07
Trou Eddie
Grotte du Portable
Grotte du Portable
Grotte du Portable
Grotte du Portable
Trou Eddie
Trou Eddie
Trou Eddie
Grotte du Portable
Trou Eddie
Mardi après-midi 18/07
Trou Eddie
Grotte du Portable
Grotte du Portable
Grotte du Portable
Grotte du Portable
Trou Eddie
Trou Eddie
Trou Eddie
Trou Eddie
Grotte Portable
Mercredi matin 19/07
Local
Rivière Morte
Rivière Morte
Rivière Morte
Rivière Morte
Rivière Morte
Rivière Morte
Rivière Morte
Rivière Morte
Rivière Morte
Mercredi après-midi 19/07
Ballade Pardailhan
X
Ballade
Pardailhan
X
X
Ballade
Pardailhan
Ballade
Pardailhan
Ballade
Pardailhan
X
X
Jeudi matin
20/07
Courses
Local
Grotte du Portable
Grotte du Portable
X
X
Grotte du Portable
Grotte du Portable
Grotte du Portable
X
X
Jeudi après–midi 20/07
Grotte du Portable
Grotte du Portable
Grotte du Portable
X
X
Grotte du Portable
Grotte du Portable
Grotte du Portable
X
X
Vendredi matin 21/07
Ménage local
Grotte du Portable
Départ à 9 heures
X
X
Grotte du Portable
Grotte du Portable
Grotte du Portable
X
X
Vendredi après-midi
Attente de l’arrivée des spéléos à 18H
Retour à
St Pons
Départ à 15H
X
X
Départ à 15H
Départ à 15H
Départ à 15H
X
X

lundi 10 juillet 2017

Vendredi 07 et samedi 08 juillet 2017 - Local

 
COMPTE RENDU DES TRAVAUX AU LOCAL
LES VENDREDI 7 ET SAMEDI 8 JUILLET 2017

Rédacteur : Patrick Cabrol
Localisation : Local du club à Courniou
Date : Vendredi 7 juillet et Samedi 8 juillet 2017
But : Pose d’un meuble à plans et rangements des collections géologiques du club.
Vendredi : Participants 3 avec Alain Cabrol et Jean Pierre Scanzy – Durée : 4 heures
Samedi : Participants 2 avec Atik Bouwahdadi l’après midi – Durée 6 heures dont deux heures avec Atik

Travail effectué :
Nous avions rendez-vous à St Amans Soult le vendredi à 13H30 pour charger le meuble à plans sur la remorque. La taille importante a demandé quelques précautions. Il y a deux unités qui mesurent en effet toutes les deux 1,60 de large, pour 1m de profondeur et 50cm de haut. Chaque élément compte 5 tiroirs. Les deux unités sont superposées sur un socle. Le tout est métallique et doit peser dans les 100kg une fois monté ! Leur manipulation a donc été un peu délicate.

Nous les avons sortis de leur hangar où ils étaient depuis une bonne dizaine d’années, puis nous avons passé un bon coup de balai salvateur des nids de loirs et assimilés (merci les odeurs !). Puis il a fallu démonter les systèmes de fermetures bloqués, enlever les barillets dont on ne possède plus les clefs etc. Nous avons passé pas loin de 1H30 pour cette première opération, dehors à l’ombre des châtaigniers, sous une grosse chaleur.

Il y a eu ensuite le transport à Courniou puis le déchargement dans la salle d’accueil matériel du local. Le socle des deux meubles a été placé sur des petites assises en bois pour laisser l’air circuler en dessous et afin de pouvoir y placer des roulettes dès que les finances le permettront. Faire bouger cet ensemble sans roulettes, est en ce moment une gageure !

Pour ce premier jour nous avons arrête là les travaux en partageant une bonne bière bien fraîche ! Ce meuble nous permettra de ranger bien à plat toutes nos topos et cartographies, ainsi que les posters. Il y en a un bon paquet, dispersé aujourd’hui chez plusieurs membres du club, faute de place.

La matinée du samedi fut consacrée au nettoyage des tiroirs de ces deux meubles. Ils en avaient bien besoin. Malgré l’importance de l’eau de javel utilisée, ils sentaient toujours autant le loir à la fin du nettoyage… odeur tenace et persistante, Il va falloir ajouter de l’eau de Cologne !!!
Il faudra donner un petit coup de peinture pour arrêter les points de rouille qui se sont formés durant le temps du stockage.

Cette matinée a aussi été utilisée pour nettoyer les échantillons géologiques qui sont en train d’intégrer les collections du club avec de la paléontologie (ammonites et autres) et de la minéralogie (Quartz, roches volcaniques, bauxites, plomb et autres). Pour ranger tout cela à son emplacement définitif il faudra retourner chercher un autre meuble à Mazamet, sans doute la semaine prochaine. Il est prêt à l’emploi, il n’y aura qu’à le remplir, les tiroirs sont déjà au local.

Tous ces travaux se poursuivent l’après-midi jusqu’à l’arrivée d’Atik, vers 15H30. Il me donne un coup de main pour la fixation des marches de l’escalier qui montent au premier étage. Elles n’étaient que posées, les voici maintenant fixées. Cela fait du bien de voir le travail qui avance malgré quelques petites imperfections des marches, à reprendre après le camp, ce sera vite réglé.

La semaine prochaine le camp commencera le vendredi 14 juillet avec les premiers arrivants. Le local est prêt à accueillir ses nouveaux occupants !
PHOTOS : SCMNE - Patrick

lundi 3 juillet 2017

Vendredi 30 juin et samedi 1er juillet - travaux au local.

Fixation de la première marche, très consciencieusement nous travaillons au niveau à bulles.
 
COMPTE RENDU DES TRAVAUX AU LOCAL
VENDREDI 30 JUIN 2017 ET SAMEDI 1 JUILLET 2017

Rédacteur : Patrick Cabrol

Date : Vendredi 30 juin 2017
Participants : 2 avec Atik Bauwahdadi
But : Fixer les marches de l’escalier qui montent au premier étage
Durée : 4H30 (14 à 18H30)
Compte rendu :
En commençant ce travail je n’aurais jamais pensé que cela prendrait tant de temps !
Pour commencer je suis allé faire quelques achats complémentaires sur le chemin du local (vis, lambris…)
Arrivée sur place nous nous sommes rendu compte qu’il n’était pas facile de scier correctement le bord avant des marches. Atik avait bien amené sa super machine mais ses possibilités étaient réduites, il a fallu demander de l’aide une fois de plus à notre ami Bernard qui a une grosse scie circulaire, quel bonheur ! Le travail fut réalisé en quelques minutes. Ce fut plus long de démarrer la machine et de l’arrêter que de couper le bord des planches !
De retour au local nous avons immédiatement commencé à fixer les marches. La premières a été ajustée au niveau… quant aux suivantes !!! Nous nous sommes vite rendu compte que dans le virage, le bord extérieur de l’escalier était relevé. Je ne sais pas si c’était pour éviter des dérapages dans les courbes, mais c’était ingénieux pour les plus pressé ! Ils avaient des idées en 1823 !!!
La 5° marche à partir du bas nous a donné beaucoup de fil à retordre car elle n’a aucun bord, ni aucune surface plane. A la fin de la journée, elle était toujours « en cours » ! En fait nous l’avons repris totalement pour la prochaine fois.
En ce qui concerne la partie verticale des marches nous avons repris une ancienne boite de plancher flottant du second étage et nous finirons la montrée au second étage avec du lambris.
L’ajustement des planches au profil en place des premières marches ne fut pas du tout simple. Il nous reste quelques détails à finir pour clore ce chantier. Il nous faut encore deux à trois heures de travail pour avoir quelque chose de propre et de solide.

La fixation des marches a bien avancée.
Samedi : 1 juillet 2017
Participants : 1
But : Poursuite des travaux et de l’aménagement au local avec la préparation du camp du 17 au 21 juillet.
Durée : La journée (9 à 12H30 et 14 à 18H)
Compte rendu :
. Durant cette journée une partie du temps a été consacrée à la poursuite de la confection des parties verticales des marches à partir de morceaux de parquet flottant (on récupère !). Il faudra les fixer la semaine prochaine.
. Un autre moment a été utilisé pour ranger toutes les affaires de la cuisine, préparer des étiquettes manquantes sur les étagères etc...
. Les conserves mises de côté à la fin du camp précédent ont été redescendues à la cuisine. Nous avons ainsi déjà de quoi survivre durant deux jours !
. Rencontre avec le propriétaire de l’un des trous où nous allons travailler.
. Enfin il a fallu partir à Saint Amans Soult à 18 Km là où nous avons entreposé quelques meubles il y a plusieurs années afin de voir comment préparer leur retour au local. Nous sommes particulièrement intéressés par le gros meuble à plan de 1,60 mètres de long pour un mètre de profondeur, qui dispose de 10 tiroirs nous permettant de stocker bien à plat tous les documents du club en attente chez les uns et les autres et il y en a !
Nous avons avancé mais ce travail sera poursuivi la semaine prochaine avec les copains chasseurs avec graissage, nettoyage et surtout transport car c’est lourd !... A suivre donc…

PHOTOS : SCMNE - Patrick

mardi 27 juin 2017

Samedi 24 juin 2017 - travaux au local.

Compte rendu du travail au local
Samedi 24 juin 2017

Rédacteur : Patrick Cabrol
Date : Samedi 24 juin 2017
Localisation : Local du club à Courniou
Participant : 1
Durée : L’après-midi (13 à 18H)
But : Pose de marches en bois sur les anciennes marches
Réalisation : La semaine dernière nous avions réalisé des gabarits en cartons afin de pouvoir découper aux bonnes dimensions les planches à poser sur les marches actuellement en place qui laissent à désirer vu leur âge ! Nous avions aussi commencé à encoller des lames de parquet afin de fabriquer les dites planches. Aujourd’hui nous avons positionné les gabarits sur les planches et les avons découpés avant de les ajuster sur l’escalier, ce qui n’a pas été toujours évident !
De nouvelles lames de parquets ont aussi été encollées afin de finir la confection des marches, qui ont été découpées et positionnées. Elles sécheront sur place.
La prochaine fois, il restera à les fixer avec de bonnes vis puis à poser un petit tasseau de finition sur leur pourtour afin de faire disparaître les irrégularités de la découpe à la scie sauteuse. La partie verticale des marches sera aussi posée à partir de lames de parquet flottant.
Nous devrions avoir un escalier « tout neuf » pour le prochain camp qui débute le 17 juillet, le port des pantoufle va devenir nécessaire pour monter au premier étage !

PHOTO : SCMNE - Patrick

vendredi 23 juin 2017

Samedi 17 juin 2017 - travaux au local.

Pose des gabarits en carton sur les marches.
 
COMPTE-RENDU DE LA JOURNEE DE TRAVAIL AU LOCAL

Rédacteur : Patrick Cabrol
Lieu : Local du club à Courniou
Participant : 1
Date : 17 juin 2017
Travail : Réfection des marches de l’escalier qui monte au premier étage.
Temps passé : 8 heures (plus le déjeuner)
 
Travail effectué : Le travail commence à 9 heures. Le but est de doubler les marches présentes qui ne sont pas belles et qui présentent quelques faiblesses après avoir rempli de bons et loyaux services durant de longues années.
Étant donné qu’il est très difficile de découper des marches dans des « planches » réalisées à partir de lattes de parquets qui sont encollées pour les joindre, une technique parallèle s’impose pour arriver à s’emboîter au mieux à la réalité….
Le premier travail est de partir à St Pons afin de trouver des cartons assez grand. Notre ami Bernard nous donnera une bonne partie de la matière première.
Les gabarits sont découpés dans ce carton avec des ciseaux et un cutter, ils sont bien ajustés à la marche en place, puis ils sont y déposés sur les planches reconstituées. Les bords sont dessinés au plus proche et la scie sauteuse conclura le travail.
Ce petit jeu, fort simple en apparence a pris de longues heures, la chaleur aidant. En fin de journée, il restait le gabarit de la dernière marche à finir, 4 planches avaient été encollées et serrées grâce à des chambres à air de voiture coupées à cet effet. Il fallait que le tout sèche avant de découper... ce sera la semaine prochaine.
Encollage des planches pour faire des surfaces plus importantes avant la pose des gabarits, puis le découpage.
 
Après déjeuner une heure a été consacrée au rangement des archives. Cela m’a permis de retrouver des documents recherchés depuis un moment, dont le dossier du pillage de la grotte de la Croix en juin 1979. Il est complet, tout est bien là : six personnes ont été arrêtées par la population de Courniou, jugées au tribal de Béziers et condamnée chacune à 3000 francs d’amende. Il s’agit de la première condamnation pour vol de concrétions en France. Ce jugement a donc une valeur historique.
Il y a tellement d’autres documents à ranger qu’il va falloir trouver des étagères !!!
La fraîcheur du rez-de-chaussée tranche beaucoup avec la chaleur torride de la rue, il est bon d’apprécier la douceur de vivre au local  dans de telles conditions.
Suite le week-end prochain !
Un gros morceau de bois permet d'appuyer sur les planches en cours de collage, afin de les mettre horizontales.
PHOTOS : SCMNE - Patrick