dimanche 24 septembre 2017

Dimanche 17 septembre 2017 - Balme del Pastre

Rédacteur : Matthias LOISEAU

Localisation : Aven des Perles, Mélagues (Aveyron)
Participants : 2 SCMNE Matthias et Isabelle
Date : dimanche 17 septembre 2017
But : découverte des célèbres perles des cavernes.
Temps passé : 5h sous terre
Pour les journées du patrimoine, le club spéléo de Brassac (81) propose des visites du très bel aven des perles, aussi nommé Balme del Pastre, qui est habituellement fermé pour des raisons évidentes de protection contre le pillage des perles.
Derniers arrivés, on s'équipe en hâte pour la visite du matin. ça bouchonne un peu en haut de la grande échelle de 20m car il faut assurer les visiteurs non spéléo. une fois en bas, c'est l'extase dès la première salle.
Les perles sont de toutes les tailles (de 1mm à 5cm), de toutes les formes (boules, toupies, cylindre, dés ! ... ) et en très grandes quantités.
Le cheminement est aisé mais on prendra le temps d'admirer longuement ces merveilles sculptées par l'eau et le temps.
Pendant que les visiteurs d'un jour remontent, on part avec isabelle explorer le réseau actif qui reste équipé toute l'année. Il faut cheminer entre plusieurs diaclases parallèles qui nous emmènent à -70m jusqu'à un petit lac dont le niveau se situe 1m en dessous de la corde qui permet d'y accéder ! vivement les pluies d'automne.
La remontée s'accompagne de jolies concrétions qui seraient en aragonite massive ? (débris de désob rapportés pour une expertise de Patrick).
Le détour nous aura pris tout de même 1h30 ce qui a laissé le temps au reste du groupe de déjeuner complètement.
14h est déjà bien passé et les visiteurs de l'après-midi se font attendre ... Alain et Martine sont injoignables ... la famille de chasseur aperçue le matin lors de la battue au sanglier s'est trompée dans l'horaire mais arrive dans la foulée.
Pour faire honneur au club et ne pas laisser les deux places laissées vides par Alain et Martine, on redescend une seconde fois pour dire adieu aux milliers de perles.
A la surface, une fine bruine nous rappelle que la spéléo est le meilleur sport nature toutes saisons."

PHOTOS : SCMNE - Matthias
Sur la route de Mélagues, la mine à ciel ouvert de Graissessac déploie ses magnifiques veines de charbon.

jeudi 14 septembre 2017

Lundi 11 septembre 2017 - Quelque part dans une grotte d'Occitanie.


video

Voici comment se forme les perles de caverne. On voit bien sur cette vidéo les perles bouger sous la pression de l'eau tombant de la voûte. Certaines tournent sur elles-même ce chargeant de calcite. Afin un mystère pour le néophyte résolu !!!

Vidéo du SCMNE - Denis

Dimanche 10 septembre 2017 - sortie à la grotte de Cabrespine.

Les étonnants dômes de calcite ont été notre cadeau de midi.
Rédacteur : Matthias LOISEAU

Localisation : Gouffre Géant de Cabrespine, village de cabrespine (Aude)
Participants : 4 SCMNE Matthias, Isabelle, Jeanne et Chrystel , 2 biterrois, 2 passepartrou sans oublier nos deux guides sympathiques.
Date : dimanche 10 septembre 2017.
But : découverte de la rivière souterraine de Cabrespine.
Temps passé : 8h sous terre.
De splendides rideaux de fistuleuses dont beaucoup dépassent les 2 mètres !
Arrivée matinale à 9h, tout le monde est à l'heure si bien qu'il faut attendre que la boutique ouvre totalement pour enfin pénétrer dans le célèbre gouffre.
50m d’échafaudages suspendus à la falaise puis 100m d'éboulis plus bas, on atteint enfin le lit de la rivière tant convoitée.

Marbre bleu avec inclusions de calcite blanche et passées de schistes ... pas de doute, on est bien dans la montagne noire et ce n'est pas sans nous rappeler le Lauzinas avec des dimensions encore plus grandes.
Le cheminement se fait sans encombre même si l'eau arrive à ras des bottes. 3h plus tard, on touche au but, le repas se prendra face aux étonnants dômes.
Délestés des sacs, on en profite pour explorer les alentours de la salle, particulièrement riches en concrétions diverses.

Notre guide se fait surprendre dans son exploration par une lumière surgissant du néant ... bien loin de se douter qu'il a "tourné en rond", il vient d'apercevoir Chrystel restée à se reposer au bivouac !
Il faut maintenant se presser de rentrer car les portes ferment à 18h30 ! Tout le monde patauge gaiement sans plus faire attention aux bottes pleines d'eau.* Une dernière pause avant la remontée finale du grand gouffre où, sur les derniers mètres de l’échafaudage, carmina burana résonne à pleine puissance saluant, par le hasard de la pendule, notre remontée épique devant des touristes médusés sur le balcon.
Des bâtonnets de gours pleins de finesse.

Une nouvelle espèce de canard semblent s'être bien acclimatée à la caverne !!
PHOTOS : SCMNE - Matthias
Les beautés de Cabrespine auront regroupé pas moins de 4 clubs différents.

vendredi 8 septembre 2017

Samedi 02 septembre 2017 - Sortie au Marcou

Rédacteur : Matthias LOISEAU
Localisation : aven du Mont Marcou, Saint-Geniès de Varensal (34)
Participants : 16 dont 2 SCMNE matthias et isabelle et 5 hollandais !
Date : samedi 2 septembre 2017
But : dernier accompagnement de la saison pour le calendrier des guidages officiels.
Temps passé : 6h sous terre
Jean Claude Gayet et Gerard Maurin seront nos deux guides pour la journée, Isabelle va découvrir pour la première fois la géode des verte et Matthias qui est déjà venu 2 fois vient pour se former en tant que futur guide de l'AMM.

 9h du matin, tout le monde est déjà au Marcounet et un vent du nord bien frais nous donne qu'une envie, c'est d'aller s'abriter sous terre.
9h30, une première équipe part équiper, l'autre moitié s'abrite dans la bergerie drôlement bien aménagée.
A 11h, la seconde équipe entame sans encombre la descente mais ça bouchonne au pied du dernier rappel qui pendouille dangereusement au dessus de la tente de jardin qui permet à tous les participants d'attendre relativement au chaud.
Timing bien géré, tout le monde est en bas et les premiers remontent avec des étoiles vertes plein la tête.
Au bout d'une heure, on doit "chasser" de la géode le photographe néerlandais qui resterait bien là une journée entière.
Après avoir fait le ménage, car c'est la dernière visite avant le printemps 2018, Gérard et Matthias déséquipent cordes et mousquetons.
17h, dehors, il fait toujours frais, on se croirait presque en automne. Tout le monde est ravi. Après un goûter bien mérité c'est le temps des adieux. Certains encore sous l'émotion iront jusqu'à dire que c'est la plus belle grotte qu'ils n'ont jamais vu de leur vie. Le spectacle unique et ahurissant des bouquets d'aragonites vertes aura fais tourner la tête à plus d'un !
PHOTOS : SCMNE - Matthias

mardi 29 août 2017

Samedi 26 Août 2017 - travaux au local et balade sur le site classé.

Le nouveau meuble plein de vaisselle.
COMPTE RENDU DE LA JOURNEE DU SAMEDI 26 AOUT 2017

Rédacteur : Patrick Cabrol
Participants : 4 avec Patrick Cabrol, Jean Bourrely, Charles Bourrely, Kelsey et Pierre pour la menuiserie à la maison
Localisation : Local de Courniou et terrains au-dessus de la grotte de Roquebleue

Trou des Amoureux !!
Travail effectué :
.A) Nous avons travaillé au local du club où nous avons réalisé les travaux suivants :
. Déménagement avec inversion des deux frigos afin de faire la place pour ajouter un meuble en bois dans la salle de séjour (avec rangement de toute la vaisselle). Le petit frigo avec congélateur a été placé sur le banc en pierre à côté de la cheminée. Un magnifique petit meuble en bois a trouvé sa place ici.
. Tri et rangement de toute la vaisselle dans le nouveau meuble en bois avec mise à part de tout ce qui est en surnombre ou bien obsolète. Nous nous sommes arrêtés à 20 exemplaires de tous les éléments de vaisselle. Nous ne sommes jamais arrivés à ce chiffre pour manger dans ce local (où les mettrait-on ?) mais on garde au cas où !
. Poursuite du rangement et le tri des affaires du matériel du club après les deux camps de juillet et aout et en prévision du suivant… nettoyage des mèches Hilti, des pelles, piochons, aiguilles, cordes etc… Une batterie de la perforatrice Hilti a rendu l’âme, il faudra la changer. Merci à elle pour tout le travail accompli.
. Confection d’étagère pour ranger les chaussures propres dans le local d’accueil matériel. C’est Pierre qui a fini ce travail à la maison avec son père Jean.

Trou des Amoureux.
.B) Poursuite de la transmission aux nouvelles recrues du club des entrées de cavités du St Ponais. Nous sommes allées au-dessus de Roquebleue où nous avons retrouvé, le Trou des Tourtereaux, le trou du Suicidé et l’Aven de la Couronne… nous poursuivrons quand il fera moins chaud, c’était à la limite intenable… vivement la piscine !!! Quant aux buis nous avons pu constater la poursuite de l’invasion des papillons bleu qui ont tout détruit dans la vallée du Thoré, au moins depuis St Amans Soult jusqu’à St Pons dans la vallée du Jaur…. D’ici peu de temps il n’y aura plus une feuille sur les buis !

Trou du Suicidé.
PHOTOS : SCMNE - Patrick
Aven de la Couronne.

Du mercredi 16 au samedi 19 août - Camp désobstruction à la grotte du Portable.

Christian en train d'élargir l'entrée de la galerie des concrétions .
 
CAMP COURNIOU

Mercredi 16 au samedi 19 aout

COMPTE-RENDU DES ACTIVITES DU CAMP


Liste des participants au camp durant les quatre jours : 17

Patrick CABROL
Christian SCOTTO
Michel SOUVERVILLE
André LANGUILLE
Eddie SERRE
Patrick JOUFFRAY
Jean BOURRELY
Charles BOURRELY
Pierre BOURELLY
Astrid BOURRELY
Henri BOURRELY
Philippe Jeannard
Chrystel MAGENC
Joëlle MAGENC
Fanny MAGENC
Joachim CLOET
Alina

et les deux chiennes de Chrystel qui nous accompagnent souvent dans la cavité sur le chantier de désobstruction !


Christian et Patrick arrivent le mardi 15 aout et s’installent en pensant déjà à préparer l’arrivée des copains le lendemain.

Mercredi matin 16 aout 2017
Participants : Christian et Patrick C.

Nous commençons par aller à la décharge de Riols afin de vider quelques vielles ferrailles, du verre qui encombrent le local car nous aurons besoin de place durant ce camp vu le nombre de participants attendus. Nous poursuivons par le magasin de bricolage à la sortie de Riols avant de revenir à St Pons pour faire les courses pour la semaine
De retour au local c’est alors le remplissage des deux frigos, nous apprécions beaucoup l’arrivée du second qui nous permet de ne plus être obligé de faire les courses tous les deux jours.

A 11 heures nous voyons arriver Michel, suivit de André et Philippe, puis de Eddie et Patrick J. à midi tout le monde est arrivé.
André amenant une grande majorité du matériel de désobstruction le local d’accueil se rempli vite ! Les nouveaux s’installent pendant que ceux qui sont prêts préparent à manger.

Sortie de nuit du groupe.
Mercredi après-midi 16 aout 2017
Participants : 10 avec Patrick C, Patrick J, André L, Eddie S, Philippe J, Michel S, Jean B, Alina, Christian, Alina

Entrée dans la cavité à 13H15, nous sommes pressés de reprendre les travaux. La cavité se transforme en ruche, ça « butine » partout !
Le travail ne manque pas après le camp de juillet. Il faut poursuivre la désobstruction en trois points trouvés lors des dernières découvertes, puis agrandir le passage de la galerie principale. Le mot « principale » est à modérer quand on sait qu’elle ne faisait que 10cm de haut à certains endroits au moment de la découverte (parfois totalement bouché) et qu’aujourd’hui on est loin de la ballade tranquille. Le ramping est encore parfois de bonne rigueur !
André commence par mesurer toutes les températures dans la cavité et note le sens des courants d’air sur la topographie que vient de nous faire Jean.

. Le premier poste dans la galerie d’accès des Racines, avec Patrick, a pour but de faciliter les passages qui se font un peu à quatre pattes mais souvent en semi-allongé ce qui est assez fatiguant et pénible. Le premier travail est de casser le bloc d’argile calcifiée qui barre la progression juste avant le virage qui donne accès à la galerie des concrétions. Au bout d’une journée de marteau-burin, piochon, pieds de biche nous pouvons presque passer à quatre pattes, mais il faudra peaufiner avec quelques améliorations.
. Au deuxième poste, celui qui prend le plus de monde pour déboucher le puits rempli de blocs et pour élargir la galerie d’accès, nous trouvons Jean, Alina, Christian, Michel et Philippe qui tournent avec ceux qui travaillent un peu plus loin. Il faut quatre personnes pour sortir les déblais du puits et les poser à 10 m en arrière dans la petite niche qui se comble inexorablement. Il va bientôt falloir combler le petit renfoncement qui se trouve juste avant… s’il y a trop de déblais il faudra tout ressortir… alors là le moral risque de baisser !
En fin de journée, le puits fait presque 1,5 mètre de profondeur, on voit que cela continue dessous mais quel travail avec ces trois gros blocs qui résistent. Heureusement que le courant d’air nous laisse espérer une suite ! Nous pensons que nous sommes sur une galerie, ou une salle inférieure et que nous descendons entre la roche massive et l’éboulis avec de gros blocs.

Au troisième poste situé au terminus du camp de juillet nous trouvons Eddie, André et Patrick J qui bataillent pas mal pour élargir le passage de l’ancien terminus afin de pouvoir avancer plus confortablement et il y en a vraiment besoin ! Eddie poursuit au fond afin de casser les blocs qui l’avaient empêché de passer lors du dernier camp. Cette équipe découvre une quinzaine de mètres de nouvelles galeries où pour une fois nous ne sommes pas à plat ventre... Ouf !!!

Après cette première journée de travail Alina, Jean et Patrick ressortent les premiers à 19H30 pour préparer le repas alors que les autres vont poursuivre avec acharnement jusqu’à 20H15.

Après une bonne douche générale nous fêtons dignement ces 15 mètres de premières avec une bonne bière pour respecter la tradition, plein d’espoir pour la suite. On passe à table à 21 heures avant de partir rêver à ce qui peut bien nous attendre pour la suite de ce camp.

Henri, le plus jeune, de retour du fond.
 
Jeudi matin 17 août 2017
Réveil à 7H45 – Petit déjeuner et tout le monde part rapidement au Portable

Participants : 9 avec André, Eddie, Philippe, Patrick J, Jean, Charles, Christian, Patrick C, Michel.
A 9H15 le dernier rentre dans la cavité. Les effectifs sont répartis sur les divers chantiers.
. Patrick C continue la mise au gabarit 4 pates de la galerie principale depuis l’entrée. Un gros tas de déblais attend de sortir avec les gamates. Un autre se forme au début de la galerie barrée par des concrétions, juste après le virage de la galerie des Racines. Une avancée de 60cm de long sur 30cm de haut et 50 de large a été faite, mais que c’est dur l’argile calcifiée !... si seulement il y avait un burineur de plus, mais les copains en ont besoin.
. L’équipe suivante avec Philippe, Patrick J, Jean et Charles poursuit la désobstruction du puits
. La dernière équipe avec André, Eddie, Philippe, Michel et Christian agrandit les passages. Ils débouchent dans une petite salle de 2 mètres de long sur 1 mètre de large qui est malheureusement fermée. Température de 13,6° - Trop chaud par rapport au reste de la cavité… déception !

Nous parlons beaucoup d’agrandissement des passages dans cette cavité !... Il est vrai que cette désobstruction prend des allures travaux de forcenés (et non pas de travaux « forcés » !) mais on avance ce qui est bien le principal. Nous passons à table presque à 14 heures !

Jeudi après-midi 17 août 2017

Participants : 9 avec André, Eddie, Philippe, Patrick J, Jean, Astrid, Christian, Patrick C, Michel

Comme à l’accoutumée les postes se mettent facilement en place, chacun connait bien son travail

. Dans la galerie d’entrée Patrick et Astrid ressortent 8 gamates pleines des déblais préparée le matin, puis ils continent avec tout ce qui a été entreposé dans le virage au terminus des Racines, soit 4 gamates de plus. Nous compliquons alors un peu les choses. Christian se positionne à la sortie de la cavité, Astrid au premier coude devant l’entrée, Patrick au virage au début de la galerie des Concrétions et enfin Michel qui se positionne au carrefour juste avant le départ de la galerie qui même au Puits. Nous ajoutons des cordes de part et d’autre de la Gamate et c’est parti pour plus de 20 mètres de transport de déblais avec les multiples relais. Quatre belles gamates se frayent ainsi un chemin jusqu’à la sortie permettant de libérer le carrefour où beaucoup de choses s’amoncellent, puisqu’il reste de moins en moins de place…
. Durant ce temps le reste de l’équipe s’acharne sur le puits comblé afin de le vider et de dégager tout son accès et environnement dans le but de pouvoir bouger un peu ! Durant tout l’après-midi il recevra les assauts des burineurs et des éclateurs… on descend lentement mais surement, à travers les blocs on voit sur 2 à 3mètres en dessous. il faut continuer.
Patrick et Astrid ressortent à 19H30, suivit de Jean à 20 heures. Durant tout cet après-midi il a refait la topographie du fond et de tous les nouveaux réseaux. Quand nous ressortons nous entendons frapper, taper, percuter, bref il y a de l’agitation au niveau du puits. Tout le monde ressort à 21H15, pour se précipiter sur la douche, la bière et le diner.

Le groupe qui sort de la cavité le dernier soir.
 
Vendredi matin 18 aout 2019

Réveil à 7H30, petit déjeuner et Christian nous quitte à 9 heures
Participants : 7 avec André, Eddie, Philippe, Patrick J, Patrick C, Michel et Jean
Le dernier rentre dans la cavité à 9H15 et chacun reprend son poste selon des habitudes bien établies.

. La mise au confort des galeries passe de la galerie des Racines à la galerie des Concrétions. Patrick C et Michel continuent donc le travail et décident de s’attaquer à l’approfondissement de la galerie des concrétions qui mesure un peu moins de 10 mètres de long mais où il faut ramper tout le temps, nous poursuivons ainsi le travail déjà bien commencé par André et Christel lors du dernier camp, merci à eux de cette première amélioration car au début, ce passage était très étroit et difficile.
Nous avons avancé de seulement 1,5 m pour 15 gamates qui ont été ressorties mais c’est un bon début. Il est difficile de travailler à moitié couché et nous avons donc décidé de mettre la galerie au format quatre pattes dès son départ et nous avançons ainsi « en front de taille », ceci est nécessaire pour aller travailler au fond avec un minimum de confort.
. Durant ce temps, le reste du groupe est au travail au niveau du puits. Ils continuent à descendre en enlevant 15 gamates de cailloux divers qui sont stockés dans la petite salle au-dessus du carrefour. En fin de matinée il ne reste que de l’ordre de 1 mètre cube à combler à cet endroit. Nous commençons à nous poser des questions pour la suite des travaux si nous ne passons pas rapidement au fond du puits…

Comme il se doit depuis le début du camp nous allons déjeuner « assez tard »… il est vrai que l’Espagne n’est pas très loin !
Après le déjeuner Michel nous quitte pour aller faire du béton sous d’autre cieux… il ne sait pas ce qu’il perd de rester creuser avec nous : en premier, la bonne ambiance et la bière du soir !!

Vendredi après-midi 18 aout 2019

Participants : 7 avec André, Eddie ; Philippe, Patrick J, Patrick C, Jean et Astrid
. La première équipe composée de Patrick et Astrid continue à améliorer le passage dans la galerie des Racines. En effet lorsque nous avons voulu tirer les gamates depuis le fond de la galerie des concrétions jusqu’à la surface, et malgré les personnes présentes aux virages, nous avons vu que la gamate avait tendance à se renverser sur les petites bosses d’argile calcifié ou autres petits problèmes. Nous avons donc carrément réalisé un chenal de guidage dans la galerie des racines pour supprimer ces difficultés. Astrid a très bien compris les avantages de ce nouvel aménagement pour courir vite à quatre pattes tout le long de la galerie, sans aucune gêne maintenant (au moins pour elle !).
Nous poursuivons le travail commencé dans la galerie des concrétions. Nous avons la surprise d’y trouver un tas de mousse (à 20 mètres de l’entrée !) avec une noix percée et des noyaux de cerises. Il doit s’agir des vestiges de l’habitation et du garde-manger d’un rongeur, peut-être d’un loir ? Il était bien au chaud ici en hiver à 20 m de l’entrée pour passer Noël dans un nid douillet et pour fêter le réveillon !
. L’autre équipe s’attaque de nouveau au puits et 40 gamates sont ressorties pour être stockées dans ce qui reste de la petite salle, le puits continue à descendre, il va falloir que nous trouvions rapidement un peu d’espace, les éclateurs nous ont bien rendu service mais il faut stocker...

Charles en plein remplissage de gamate.
Samedi matin 19 aout 2017
. Courses : C’est la dernière journée de travail avant le départ demain dimanche. Les provisions sont à sec et il faut refaire le plein pour finir le camp. Patrick part donc à Saint Pons puis de retour au local il commence la mise au propre du compte rendu du camp
. Travail au Portable – Participants : 7 avec André, Eddie, Patrick J, Philippe, Jean, Charles et Pierre
Départ du local à 9 heures pour tout le monde. L’unique but poursuivi ce matin est l’ouverture du puits qui nous résiste bien.
Au fur et à mesure des travaux nous descendons dans le puits et nous pensons qu’il n’est pas rempli par des blocs mais qu’il s’agit sans doute de la voute d’une salle ou d’une galerie et que nous descendons entre les blocs d’un éboulis et la paroi saine. En revanche nous nous posons de sérieuses question sur le stockage des déblais que notre petite niche située au-dessus de carrefour ne va plus absorber bien longtemps. Après une bonne suée avec les éclateurs et les burineurs les derniers blocs cèdent, nous pouvons enfin aller voir ce qui se passe derrière cet éboulis.
A partir du sommet le départ de ce puits mesure de l’ordre de 2 à 2,5 mètres. On passe ensuite une lucarne de 0,6m de haut sur 1 m de large. On descend ensuite dans un puits de 1,20 à 1,50m de circonférence sur 5 à 6m de profondeur. On passe alors un rideau de concrétions, draperies et autres, une lucarne donne alors accès à un puits de 2,5m environ pour 1m de circonférence environ. La galerie continue ensuite sur une pente à 45° et butte sur une lucarne de 20cm de haut sur 60 à 70 cm de large. L’ensemble du puits est magnifique, il est creusé en conduite forcée dans du marbre magnifique.
Arrivé à cet endroit « terminal » le moral des participants s’est effondré car il semble impossible de faire une désobstruction en plein calcaire bien massif et solide et surtout en étant obligé de ressortir les gravats dehors… La remonté en surface est morose… tout cet investissement pour ????

Durant ce temps, à 11 heures de nouveaux renforts arrivent avec Chystel, Joachim, Joëlle et Fanny, sans oublier les deux chiennes.

13H30 : Déjeuner où les discussions vont bon train afin de trouver une solution

Samedi après-midi 19 aout 2017
Participants : 12 avec André, Eddie, Philippe, Patrick J, Patrick C, Jean, Astrid, Henri, Chrystel, Joaquin, Joëlle et Fanny.
15 heures, départ vers le Portable
Nous formons plusieurs équipes.
La plus importante se dirige vers le puits avec « l’endoscope » c’est à dire une caméra montée à l’extrémité de tiges télescopiques. Avec un peu d’appréhension Eddie pousse « la bête » au fond du trou et regarde ce qui se passe sur l’écran de contrôle. A sa grande surprise la partie étroite en pleine roche massive ne mesurerait que 2 mètres de longueur, ensuite il y a du noir !!!!... le jet d’un cailloux fait même entendre le bruit d’une chute dans un petit puits..
Le moral reprend et déjà les plans sur la comète démarrent pour savoir comment on va travailler là-dedans aux éclateurs, comment on va stocker quelques déblais en haut du puits, puis finir de boucher notre petite alcôve avant d’être obligé de tout ressortir dehors. Il faudra être le maximum de personnes pour le prochain camp car il y aura un gros travail de portage des déblais. S’il faut tout ressortir il faut mettre les galeries aux normes quatre pattes et des glissières de gamates.
Patrick et Astrid reprennent donc leur travail d’appondissent dans la galerie concrétionnée pendant qu’au fond le travail commence déjà aux éclateurs. Patrick part faire des photos et laisse la place à André qui aménage une bonne place au milieu de la galerie : confort !

Retour au local à 20 heures, le moral est remontée, ce sera dur et peut être long, mais on y va ! … vivement de se retrouver au prochain camp dong les dates sont à fixer. D’ici là il faudra dégager aux normes (quatre pattes) toutes les galeries d’accès…. On cherche déjà des amateurs !

Astrid en plein effort.
 
Dimanche matin 20 aout 2017
Participants : 2 avec Philippe et André.
10 heures, départ vers le portable
But : récupérer le matériel manquant et revoir la continuation afin de prévoir la suite des travaux.
Philippe redescend jusqu’au terminus pendant qu’André récupère le matériel. Sortie vers11h00.
Ménage général du local et départ en du groupe fin de matinée.

" Je suis petite alors je peux travailler assise ... pas vous !! "

Etroiture dans la galerie nougatine.

Galerie nougatine - salle du fond éboulée.

Terminus galerie nougatine.

Puits Philippe avant désobstruction

Dédé descend le puits.

Patrick dans la puits Philippe.
 PHOTOS : SCMNE - Patrick et Eddie
Terminus actuel - fond du puits.

dimanche 27 août 2017

Lundi 21 août - expédition secours à la Rivière Morte


Rédacteur : Jean Bourrely
Localisation : grotte de la Rivière Morte, Courniou (34)
Participants : 2, avec Charles
Date : lundi 21 août 2017
But : sauvetage animalier et topographie
Temps passé : 6h30 sous terre

Deux fois déjà, en juillet, puis en août que nous allions côté est de la Rivière Morte et rencontrions un crapaud, esseulé et quelque peu décharné...
C'est donc une forte équipe du SCMNE, constituée de deux de ses membres, qui s'est élancée lundi à sa rescousse, avec comme autres objectifs de déblayer le passage permettant de continuer de ce côté, et d'en faire la topographie. 
Ouf, voilà la surface, merci les spéléos
Tous les objectifs furent atteints, la bestiole sortie du trou, et l'exploration a permis de situer certains départs prometteurs. La topographie dont dispose le club sera ainsi complétée avec une vision complète de ce côté là de la grotte.

L'amphibien se repose maintenant au frais, près d'une source à 650m d'altitude.


dimanche 20 août 2017

Mardi 15 août - sortie découverte à Ponderach

C'est grand, c'est beau, on peut prendre la pose et se cacher derrière




Rédacteur : Jean Bourrely
Localisation : grotte de Ponderach, Saint-Pons de Thomières (34)
Participants : 6 avec Astrid, Alina, Henri, Pierre et Christian 
Date : mardi 15 août 2017
Temps passé : 3h sous terre

Cela faisait deux ans que Henri, le jeune frère d'Astrid, piaffait d'impatience pour faire une première sortie spéléo. Il voulait absolument suivre les traces de sa soeur, jeune supportrice du club (et admiratrice inconditionnelle de Patrick).

Rendez-vous pris avec Christian, venu en avance pour le camp qui allait commencer, nous entrons vers 11h dans la cavité. Direction vers l'amont, nous remontons la rivière. Le jeune nouveau est émerveillé, sa sœur toujours aussi emballée par ce qu'elle voit. Il faut monter-descendre, avancer pas à pas, une nouveauté quand on est habitué à courir partout !

Je sors facilement de mon trou ...

... moi aussi je peux passer si je veux
Au carrefour nous optons pour la direction de la galerie des schistes. Puis c'est la pause déjeuner; pas facile de se tenir au chaud quand on est petit et qu'on reste immobile. Alors, il est grand temps de rentrer. Trois grandes heures sous terre, c'est pas mal pour une première foi.
Vite, le camp d'août va commencer, il faut y aller !!


mardi 15 août 2017

Jeudi 10, vendredi 11, samedi 12 août - travaux au local et désobstruction au Portable.

Pierre a la pose des plaques.
 
COMPTE RENDU DES TRAVAUX
DES JEUDI 10, VENDREDI 11 ET SAMEDI 12 AOUT 2017

Rédacteurs : Denis Matarin pour le 10 août et Patrick Cabrol pour le 11 et 12 août
JEUDI 10 AOUT :
Participant : Denis Matarin
But : Pose de l’électricité dans la grande salle du 2° étage
Temps passé :  2h30
Travail réalisé : dépose du vieux néon, et pose des câbles électrique pour l'éclairage et les prises. Marquage sur le mur des emplacements des boites d'encastrement pour Patrick et Jean qui doivent poser les plaques de placos.

La famille Bourrely à l’œuvre.
 
VENDREDI 11 AOUT :
Participants : Patrick et la famille Bourrely : Jean, Charles, Pierre et Astrid
But : Pose du placoplâtre dans la grande pièce du second étage
Temps passé : 3 heures (de 14 à 17 heures)
Réalisation : Arrivé dès le matin à 10h au local je fais un peu de ménage, un peu de lessive (torchons, serviettes), je poursuis les rangements etc. avant de monter au second étage pour commencer à travailler dans la grande pièce. Il faut d’abord apporter l’ensemble des panneaux de placoplâtre qui sont stockés dans la pièce voisine et réfléchir au puzzle de montage avec un plafond bien en pente puisque nous sommes sous le toit. Le but est d’avoir le moins de chutes possibles avec des découvertes à 30° et en utilisant bien sûr les restes des chantiers précédents qui ont été bien rangés. Des montants sont ajoutés pour faciliter le travail à venir. Le premier panneau est posé seul.

Mise en place des trous pour l'électricité.
 
La famille Bourrely arrive en force en début d’après-midi, le second étage va rapidement se transformer en ruche avec de la découpe, la réalisation des ouvertures pour laisser passer la place des interrupteurs, des prises de courant, puis de la pose finale. Nous commençons par le côté droit (Sud) avant de poursuivre par le côté gauche (Nord).
Il nous manque malheureusement 1 plaque et demie de placo pour finir tout ce chantier. Il faudra donc attendre la prochaine arrivée de matériel. En attendant nous donnons un coup de balai, nous rangeons un peu partout car le jeu des chaises musicales continue. Il va falloir maintenant penser à poser l’isolation et le placoplâtre sur le mur ouest de la pièce il faut donc déplacer la moitié des objets de cette pièce.

Il nous manque un peu plus d'une plaque pour finir le chantier.
SAMEDI MATIN 12 AOUT
Participants : 5 avec Patrick Cabrol, Alina et la famille Bourrely : Jean, Charles, Pierre
But : Désobstruction. Le travail à la grotte du Portable devient un peu plus difficile quand il faut faire 30 mètres à plat ventre pour arriver à la zone de travail. Il faut donc mettre toute la cavité au gabarit « Quatre pattes » pour mieux avancer, se croiser et surtout manipuler les déblais. C’est ce que nous devons faire aujourd’hui en commençant par la galerie d’entrée : la galerie Racine.
Temps passé : 3H
Travail réalisé : Nous nous retrouvons à 9 heures au local, préparation des outils et départ de suite à la grotte du Portable. Nous nous séparons en trois groupes :
. Jean et Aline ont pour mission d’élargir le virage sur la droite au bout de la galerie Racine et de permettre de voir comment continue la galerie en face, avant son virage.
. Patrick se positionne à l’extrémité de la galerie Racine au moment où il faut se mettre allongé pour progresser.
. Charles et Pierre restent dans la zone d’entrée pour tirer et vider les gamates et pour approfondir de 10cm la galerie d’entrée.

Grotte du Portable : Charles chargeant la mule !!
 
En fin de matinée nous avons bien progressé.
. Jean et Alina ont dégagé le coude et on voit le prolongement direct de la galerie Racine qui se ferme en ce moment avec une grille de concrétions qui obstrue tout… et derrière, si ???!...
En observant la galerie dans le virage on remarque qu’elle fait 3 m de large avec toute sa partie supérieure comblée d’argile et de terre. On n’a aucune idée de la profondeur mais manifestement la galerie présentait une grande section avant son comblement.
. Patrick a tenté de casser le bloc qui obstrue la galerie en travers, ce fut impossible de le sortir malgré le dégagement dont il a fait l’objet. C’est difficile car ce bloc est enrobé d’argile calcifiée en nodules, rendant le tout résistant et solidaire… On remettra cela cet après-midi.
. Charles et Pierre ont bien rempli leur rôle de videur de gamates et ont approfondit le passage du sol à l’entrée. Encore un p’tit coup et ce sera bon !
Nombre de gamates ressorties : 15 gamates

Astrid tape sur le piochon avec la massette.
 
SAMEDI APRES-MIDI 12 AOUT :
Participants : 6 avec Patrick, Alina et la famille Bourrely : Jean, Charles, Astrid et Henri
But : Poursuite de travaux de désobstruction
Temps passé : 3H30 (de 15H15 à 18H45)
Travail effectué :
. Jean et Alina partent dans la zone découverte la dernière fois afin de travailler dans le puits obstrué de blocs. Il y a peu de place car ils ont du mal à tourner la tête dans la galerie ! Malgré ces contraintes ils réussissent à descendre de 50 cm dans le puits en déblayant de l’ordre de 5 à 6 gamates. Le puits semble s’élargir en descendant… assurance obligatoire pour travailler des fois que le sol descendrait plus bas !
. Patrick reprend son travail à l’extrémité de la galerie des racines avec Astrid qui sera d’une aide précieuse. En effet sa petite taille lui permet de s’asseoir « confortablement » et donc de pouvoir donner des coups de massette sur le piochon que je tiens. Il s’enfonce ainsi dans la croûte argileuse. Il n’y a plus qu’à le basculer et on arrache 10 cm de remplissage à chaque mouvement. C’est efficace et rapide. Avec ce système nous déblayons quatre mètres de galerie sur 60 cm de large que nous approfondissons de 15 à 30cm selon les endroits. En dehors de la pierre du départ de ce travail qui nous a encore opposé de la résistance nous avons un vrai boulevard pour courses à 4 pattes depuis le carrefour d’entrée. Astrid s’en ai donnée à cœur joie !
. Charles a été chargé de la lourde tâche de ressortir dehors toutes les gamates de déblais. Vu qu’il était seul il a fallu qu’il fasse les allers et retours toute l’après-midi en poussant ou en tirant. Il a eu du travail car la quantité de déblais remué a été conséquente dans cette galerie.
. Quant au petit frère Henri, il passait d’un chantier à l’autre pour vérifier ce qui s’y faisait.

" je suis contente du résultat, regardez comme on creuse bien !"
 
Faute de temps nous n’avons pu ressortir tous les déblais qui étaient prêt. Pour la prochaine fois il faut compter environ 5 à 6 gamates à ressortir au début des travaux.

Nombre de gamates ressortie : 20 gamates en comptant pour trois le très gros bloc qui a pris le chemin de la lumière.
Nombre de gamates remuées au niveau de la désobstruction du puits : 5 à 6
Total pour la journée : 35 gamates ressorties et 5 à 6 remuées
Au court de cet après-midi un courant d’air frais est venu nous chatouiller le visage. C’était bien agréable !
Nous sommes ressortis de la cavité fourbus avec mal aux coudes, aux genoux, aux mains mais nous pourrons largement profiter la prochaine fois de ce travail d’élargissement du chantier. Vu l’endroit où se situé la zone de travail actuelle, je pense qu’il faudra encore une nouvelle équipe pour élargir et surtout approfondir, surtout la zone du puits qui mesure 40 à 50cm de haut, où on ne peut tourner le casque facilement sur deux à 3 mètres de longueur.

Maintenant : vivement mercredi le début du nouveau camp !

La galerie est prête pour la course à quatre pattes !!
PHOTOS : SCMNE - Patrick